Edito du nouveau curé

Il est parfois plus facile de rester que de partir…

Me voilà prêtre depuis seulement 3 années, installé en tant que vicaire sur la paroisse de la Saudrune en banlieue toulousaine (Cugnaux – Villeneuve T .- Frouzins- Seysses – Lamasquère – Labastidette) ; j’y ai pris quelques habitudes et quelques amitiés, que je vais devoir quitter comme lorsqu’on déménage pour raison professionnelle… parce que passer de curé à vicaire, c’est un changement dans la continuité : continuité dans notre vocation qui nous amène toujours à être pasteur de plus en plus en profondeur, avec un cœur qui bat de plus en plus à la mesure du cœur du Christ, le seul véritable pasteur de son Eglise ; changement, parce que les responsabilités d’un curé ne sont pas celles d’un vicaire, aussi la réflexion, l’emploi du temps, le travail changent quelque peu.

Ce changement dans la continuité, c’est ce que nous allons vivre ensemble…

Continuité, un curé en remplace un autre mais la communauté reste ; la paroisse n’appartient pas au curé ; vous avez une histoire, ancrée dans le Comminges ; vous avez des habitudes, des préférences, des différences ; vous avez eu le Père Damien pendant 4 ans, avec lequel vous avez fait du chemin, un chemin, le chemin pour mener au Chemin : le Christ. Ce Chemin habite tous les prêtres et toutes les communautés ;  c’est ce Chemin qui nous unit malgré nos différences, c’est ce Chemin qui nous fait vivre, le chemin de la foi, de l’espérance et de la charité. C’est ce Chemin qui doit – comme un commandement du Christ – être le signe de la continuité : « Que tous soient un, comme Toi, Père, Tu es en moi, et moi en Toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que Tu m’as envoyé » (Jean 17, 21). La continuité, c’est d’abord ne pas se diviser ; entre prêtres, entre communautés, entre prêtre et communauté ; pour que le monde croie. La continuité, c’est l‘unité, dans la diversité.

La continuité n’est pas l’uniformité… et je ne suis pas le Père Damien.

Voilà pourquoi il y aura forcément des changements, ne serait-ce que par nos caractères diffèrents, et que je suis savoyard… et que chacun est unique aux yeux de Dieu ; des changements parce que si la paroisse n’appartient pas au curé, la paroisse n’appartient pas non plus à la communauté au risque de n’être plus accueillante ; mais le changement n’est pas de changer pour changer, juste d’être toujours attentif, réceptif, à l’autre, aux autres, dans la vérité de l’Evangile et la charité que ce même Evangile nous commande.

Terre du Comminges, elle ne m’est pas inconnue.

Avant ces 3 premières années de prêtrise en banlieue toulousaine, je me suis trouvé pendant mon année de diacre à Saint-Gaudens ; enfin Saint-Gaudens…, la paroisse comprenait aussi Montréjeau, Aspet, Salies-du-Salat, plus de 110 villages… Pour ce qui de notre territoire, il est composé de 68 villages dont 64 paroisses (4 paroisses contiennent 2 villages) : cela veut dire qu’un jour il y a eu 64 curés sur ce secteur… Les temps changent.

Je remercie le P. Damien de son accueil et lui souhaite bon vent – le vent de l’Esprit – pour sa nouvelle charge de curé de la paroisse étudiante de Toulouse.  Au plaisir de vous rencontrer pour la messe d’installation du samedi 31 août à 18h à L’Isle-en-Dodon ! Que cette nouvelle année soit sous la bénédiction et la protection de Notre-Dame de Saint-Bernard, et que le Christ veille sur chacun d’entre nous.

Abbé Thierry Porral +